Forum de Annaba : l'ombre du professeur Bensmaïn

Les psychiatres des bords de la Méditerranée sont en appel pour deux jours, les 9 et 10 octobre, dans le cadre du Forum méditerranéen de psychiatrie et médecine de Annaba. Les professeurs Darcourt, Debout (France) Koksal (Turquie) et Boudef (Algérie) ont annoncé la couleur à l'occasion d'un dîner-débats offert mardi dernier.

Lire la suite...

Séminaire autour du thème de la psychiatrie génétique

Journée du 3 mai à Alger

Le 3 mai 2003, la Société Franco-Algérienne de Psychiatrie, a organisé un séminaire autour du thème de la psychiatrie génétique. Les psychiatres algériens y étaient conviés afin d'échanger dans le domaine de la psychiatrie génétique et d'évaluer les possibilités et les perspectives de mise en place de protocoles de recherche autour de cette thématique.
Cette première rencontre présidée par le Professeur Farid Kacha et le Docteur Mohamed Taleb s'est déroulée en deux parties. Le Dr. Philip Gorwood (Praticien Hospitalier Universitaire au C.H.U Louis Mourier et chercheur au CNRS) a d'abord présenté sous forme d'abécédaire les concepts, méthodes, outils et résultats en psychiatrie génétique. Cet exposé a été suivi de celui du Dr. Nora Hamdani traitant des données actuelles concernant « la vulnérabilité génétique de la schizophrénie ». L'auditoire a été essentiellement intéressé par l'éventuelle application de la génétique dans la pratique clinique quotidienne notamment dans les domaines de la thérapeutique et/ou de la prévention.
La deuxième partie de la journée (restreinte à un groupe de psychiatres) a été consacrée à une initiation à la recherche avec notamment une présentation d'échelles consacrées aux études génétiques dans la psychiatrie comme la DIGS (Diagnostic Interview for Genetic Studies) ou la SANS (Scale for the Assessment of Negative Symptoms) et la SAPS (Scale for the Assessment of Positive Symptoms). De fait, des protocoles de recherche unissant conjointement les psychiatres algériens et français ont pu émerger. Les thèmes essentiels étant organisés autour des études de trios, de familles multiplex ou encore d'études de jumeaux de sujets schizophrènes avec une composante de biologie moléculaire pour laquelle certains biochimistes se sont montrés particulièrement intéressés.
Au total, cette journée aura permis un premier contact riche de par ses échanges et de par ses perspectives de recherche.

 

Gorwood-Hamdani-1 Gorwood-Hamdani-2 Hamdani
kacha Kacha-Gorwood-Hamdani 121-2103_IMG

Conférence de consensus sur la schizophrénie (Laghouat 9, 10 & 11 avril 2003)

9-10-11 avril 2003

La conférence de consensus sur la schizophrénie, organisée par la société algérienne de psychiatrie, a eu lieu à Laghouat à 400 Km au sud d'Alger. Les participants ont tenu à remercier le Dr Bouchène principal organisateur de cette rencontre.
9 avril : 17 h. Apres la cérémonie d'ouverture présidée par Monsieur le Wali, l'assistance, composée de plus d'une centaine de participants, a apprécié la projection d'un film scientifique sur la schizophrénie. A la fin de cette projection, les travaux ont débuté par une communication sur le thème du consensus donnée par Dr. B. Herbane & Dr. F. Bouchène.

Lire la suite...

Compte-rendu sur la 7° journée nationale de psychiatrie par Dr. B. Herbane

La journée nationale de psychiatrie organisée par la société algérienne de psychiatrie a eu lieu le 20 mars 2003 à Oran. L'ouverture de la séance a été faite par les membres de la société sous la présidence du Pr. F Kacha. Le Dr F. Bouchene a invité l'assistance à participer à la conférence de consensus sur la schizophrénie qui aura lieu à Laghouat du 9 au 11 avril 2003. Le Dr B. Herbane a donné l'information concernant de le Premier congrès franco algérien de psychiatrie qui se déroulera à Paris les 3 et 4 octobre 2003.
Les communications ont débuté vers 9h 30, la première séance a été consacrée au dysfonctionnement familial en rapport avec de la pathologie mentale. "Mémoire et souffrance"(A. Bélaïd – N. Moussi- F. Daïdj – F. Kacha) a retenu notre attention car elle a mis en relief le cas d'une mère de famille algérienne qui souffre de troubles psychiques post traumatiques et dont l'histoire de la maladie se confond avec l'histoire dramatique du pays. Cette femme a subit le traumatisme de la guerre de libération et les traumatismes liés au terrorisme.
La seconde séance a été consacrée aux institutions. On découvre bien en retard, avec Dr. Chakali, les bienfaits d'un centre intermédiaire. (Il vaut mieux tard que jamais!) "L'expérience d'un centre intermédiaire à Blida" M. Chakali.
Les psycho traumatismes ont été abordés au cours de la 3° séance avec l'originale communication de K. Ammar Ferhani " Stress et trauma en milieu militaire". Les communications étaient toutes intéressantes et les débats étaient hélas très limités par le temps. La journée a été clôturée vers 17h.

Hommage à Djilali Liabes

Liabes

Feu le professeur Djillali LIABES est né en 1948 à Sidi Bel Abbés. Il a poursuivi ses études primaires et secondaires dans sa ville natale notamment au lycée Azza Abdelkader (ex lycée El Djala) où il a obtenu son baccalauréat en 1967 en série Lettres. Ses études supérieures à l'université d'Alger lui ont permis d'obtenir une licence en philosophie et en sciences sociales, il a obtenu son doctorat 3ème cycle et un doctorat d'état en littérature et sciences humaines.

Il a été désigné Ministre des Universités en 1991, puis ministre des universités et de la recherche scientifique en 1992. il a occupé par ailleurs le poste de ministre de l'éducation nationale par intérim de juin 1992 à octobre 1992. Nommé en octobre 1992 Directeur de l'Institut des Hautes Etudes Stratégiques Globales, il a présenté un rapport d'analyse sur les Perspectives de Développement de la Société algérienne.
Entre autres activités, il a présenté une conférence intitulée : Les pays du Tiers Monde et la Nouvelle Organisation Mondiale. Ses productions littéraires sont nombreuses.

Djillali LIABES est décédé le 16 mars 1993 à Kouba (Alger), suite à un attentat à la sortie de l'immeuble où il habitait. L'université de Sidi Bel Abbés porte fièrement son nom depuis 1996.

Lire la suite...