Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Souffrance au travail et Burn out chez des agents de Police en exercice : Une étude préliminaire

Par le Dr Mahmoud BOUDARENE , Médecin Psychiatre, Docteur en Sciences Biomédicales

Paru sur le Journal International de Victimologie, Année 2, Numéro 2, Avril 2004


Télécharger l'article (format PDF)

Common mental disorders in postconflict settings

Joop T V M de Jong, Ivan H Komproe, Mark Van Ommeren

Research into postconflict psychiatric sequelae in low-income countries has been focused largely on symptoms rather than on full psychiatric diagnostic assessment. We assessed 3048 respondents from postconflict communities in Algeria , Cambodia , Ethlopia, and Palestine with the aim of establishing the prevalence of mood disorder, somatoform disorder, posttraumatic stress disorder (PTSD), and other anxiety disorders. PTSD and other anxiety disorders were the most frequent problems. In three countries, PTSD was the most likely disorder in individuals exposed to, violence associated with armed conflict, but such violence was a common risk factor for various disorders and comorbidity combinations in different settings. In three countries, anxiety disorder was reported most in people who had not been exposed to such violence. Experience of violence associated with armed conflict was associated with higher rates of disorder that ranged from a risk ratio of 2-10 (95% CI 1.38-2.85) for anxiety in Algeria to 10.03 (5.26-16.65) for PTSD in Palestine . Postconflict mental health programmes should address a range of common disorders beyond PTSD.

Lancet 2003; 361 : 2128-30

634 schizophrènes, 6 ans après

1994

Y. MERDJI, M. TOUARI, B. BENSMAIL, Clinique de Psychiatrie et de Psychologie Médicale, CHU de Constantine, 25000 CONSTANTINE (Algérie)

Objectifs

Il s'agit d'apprécier le devenir clinique et psycho-social, à moyen terme, d'une population de schizophrènes, diagnostiqués selon le DSM III-R, hospitalisés en 1988 à la Clinique de Psychiatrie et de Psychologie Médicale du CHU de Constantine.
Pour les sujets ayant mal évolué, on s'efforcera, autant que possible, d'identifier les facteurs de mauvais pronostic.

Méthodologie

634 schizophrènes, adultes des 2 sexes, diagnostiqués selon le DSM III-R et hospitalisés entre le 1er janvier 1988 et le 31 décembre 1988 à la Clinique de Psychiatrie du CHU de Constantine, ont été inclus dans une enquête épidémiologique longitudinale et prospective, entrant dans le cadre d'un projet de recherche sur l'évolution des psychoses.
Un questionnaire standard informatisé comportant 26 items est, après validation, exploité par la même équipe, en 1988, à l'inclusion, et en 1994, lors du contrôle des patients.
La fréquence des réadmissions, dans la même structure d'accueil, entre 1989 et 1994 a été particulièrement étudiée.

Résultats

Sur les 634 schizophrènes initialement examinés : 60% sont, soit en traitement ambulatoire, soit considérés comme "perdus de vue" ; 40% ont été réadmis, au moins 1 fois (dont 7,7% l'ont été 4 fois et plus) ; par ailleurs 1,7% de sujets (11 cas) sont décédés, dont le tiers environ (4 cas) par suicide.

Mots-clefs

Schizophrènes - Evolution - Réadmissions

Publications

MERDJI Y, TOUARI M, BENSMAIL B. 634 Schizophrènes, six ans après. Congrès de Psychiatrie et de Neurologie de Langue Française - LXXXXIIe Session - Toulouse, 13-17 juin 1994, comptes rendus à paraÎtre, Ed. Masson

L'organicité en milieu psychiatrique

1993

Y. MERDJI,  A. KHODJA, K. BENSMAIL, R. MANAMANI, M.L. BENKARA-MOSTEFA, B. BENSMAIL, Clinique de Psychiatrie et de Psychologie Médicale du CHU de Constantine, 25000 CONSTANTINE (Algérie)

Objectifs

Donner un aperçu sur la nature de la pathologie organique, observée en milieu psychiatrique.
Apprécier la qualité de la prise en charge des malades mentaux présentant une affection somatique grave, par les services médico-chirurgicaux d'accueil.

Méthodologie

27 patients, hospitalisés ê la clinique de Psychiatrie et de Psychologie Médicale du CHU de Constantine, puis transférés entre le 01/01/91 et le 31/12/92 (période de 2 années) vers un service médico-chirurgical sont étudiés sur la base :

  • des registres de mouvements des malades (entrants, sortants, évacués, transférés, décédés),
  • des dossiers médicaux (service de Psychiatrie, service d'accueil),
  • et d'une fiche de renseignements cliniques standard (20 items).

Résultats

Signes d'appel organiques (à l'admission en Psychiatrie) : présents chez 20 malades, absents ou méconnus chez 07 patients.
Services d'accueil les plus sollicités : médecine interne, réanimation médicale, maladies infectieuses.
Affections organiques les plus fréquentes : insuffisance cardiaque, diabète compliqué, épilepsie avec signes de localisation, traumatismes.
Evolution à court terme : 05 sortants, 19 retransférés en Psychiatrie, 03 décédés (encéphalite cérébrale, tumeur cérébrale, hématome sous-dural consécutif à une TS).
La célérité dans la prise en charge dépend plus de rapports "personnalisés" que d'un schéma organisationnel institué.

Mots-clefs

Organicité - Transfert - Services médico-chirurgicaux - Prise en charge