Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Pour des raisons encore inexpliquées, le phénomène du suicide dans la wilaya de Bouira prend de plus en plus des proportions alarmantes

Par le passé, cet acte fatal concernait en général les couches défavorisées ainsi qu'une partie des citoyens qui avaient des difficultés à s'adapter à la situation prévalant dans la région, mais depuis jeudi dernier, ce phénomène est observé même dans les milieux de culte. En effet, nous avons appris qu'un jeune imam suppléant de la commune d'Ahl Leksar, située à 25 km au sud-est de la ville de Bouira, s'est suicidé en se pendant à l'aide d'une corde au cadran de la porte dans son domicile situé près de la mosquée du village Tigmit dans la même localité. Selon nos sources, il s'agit d'un jeune âgé de 23 ans, de la famille Chergui, originaire de Ouled Bouchia à Bouira.
Il avait été recruté, après sa sortie de la zaouïa, dans le cadre du filet social par l'APC, afin d'enseigner le saint Coran aux enfants dudit village. Les mêmes sources ajoutent que le cadavre a été découvert en état de décomposition, par des gardes communaux qui ont été alertés par des voisins du défunt.
Alors que la direction des affaires religieuses considère que ce dernier n'est pas un imam, des témoignages concordants affirment que le défunt avait l'habitude de diriger les cinq prières quotidiennes, en plus de sa mission d'enseignant. Après sa découverte, le corps du défunt a été transféré sur Alger pour autopsie. Par ailleurs, dans la soirée de mercredi dernier, un homme âgé de 57 ans a tenté de mettre fin à ses jours en se jetant du haut du pont Sayah, au centre-ville de Bouira. Ce dernier, ayant percuté le rail de la voie ferrée après sa chute, a été évacué en urgence vers l'hôpital de Tizi-Ouzou où il demeure toujours dans un état comateux.

Nacer Haniche
La Tribune
13 Mai 2007