Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Forum méditerranéen de psychiatrie et de médecine

Le Forum méditerranéen de psychiatrie et de médecine s'est tenu, jeudi, à l'hôtel Seybouse International d'Annaba (extrême nord-est d'Algérie) sous le thème de "la psychiatrie de liaison : intérêts et limite du terrain".

Organisée par l'Etablissement hospitalier spécialisé Er-Razi d'Annaba, cette rencontre internationale, qui a réuni près d'une centaine de spécialistes d'Algérie, de France, de Tunisie, du Maroc, d'Egypte, de Turquie et d'Italie, est le couronnement d'une décennie de travail de l'équipe d'Er-Razi, conduite par le professeur M. Boudef. Le Forum méditerranéen de psychiatrie et de médecine est "un aboutissement des journées de psychiatrie d'Annaba qu'a organisées l'EHS Er-Razi à partir de 1993", indique le Pr Boudef à l'ouverture des travaux.

Les responsables d'Er-Razi ont voulu donner à leur initiative une nouvelle dimension permettant d'être au diapason de la recherche dans le domaine et offrir un espace de discussion et d'échange entre les différents spécialités du bassin méditerranéen. Le choix du thème "La psychiatrie de liaison" est motivé, selon le Pr Boudef, par "la nécessité et l'intérêt de la psychiatrie à s'expatrier en dehors de ses structures classiques pour une meilleure prise en charge du patient". La psychiatrie de liaison est "une mise en place des compétences des structures de psychiatrie au service de la médecine somatique", précise, de son côté, le Pr I. Gautier (France).
Le Pr Guy Darcourt, de France, mettra en exergue l'intérêt du thème du forum dans une conférence intitulée "Ce qui donne plus ou moins de l'importance au terrain". Il sera suivi par une équipe d'Er-Razi qui a présenté les résultats d'un travail (La psychiatrie de liaison : une évaluation à Annaba), signée par le Pr Boudef et le Dr Hanène Hocine et le Dr Samira Labidi. Pour cette équipe, la psychiatrie de liaison est une interphase entre la psychiatrie et la médecine. Elle implique une anticipation pour une meilleure prise en charge du patient. A contrario, un retard dans le diagnostic peut donner lieu à une aggravation de l'état du patient.
Souvent déterminante dans la compréhension de la pathologie, "la qualité de vie des patients schizophrènes et de leur famille" a été au centre d'une intervention faite par le Pr Koksal Alptekin (Bolcova/Izmir, Turquie).
On notera également l'intervention de M. Claude Ubeda (Saint-Etienne/France) qui a porté sur le travail d'accompagnement des suicidants post-hospitalisation, dispositif appelé "Relier" et initié par l'association "Loire Prévention Suicide". La psychiatrie de liaison en Italie, la psychiatrie militaire, la santé mentale et l'OMS, le syndrome de glissement en gérontologie et plusieurs autres thèmes figurent, également, dans le programme des travaux de cette rencontre internationale organisée en collaboration avec la direction de la Santé et de la Réforme hospitalière de la wilaya et l'Ordre des médecins de la région.

El Moudjahid
10 octobre 2003