Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Combattre la toxicomanie

Créée en décembre 2005, mue sans doute par les ravages et les méfaits de la drogue et des psychotropes qui ont déjà fait nombre de victimes, dans la wilaya de Médéa, et pour lutter contre ce fléau afin d'en prévenir les jeunes qui sont encore «sains», «l'Association S.O.S. Awham pour la protection contre la toxicomanie» se déploie sur le terrain.

«Une association qui se donne comme objectif premier d'apporter l'aide et l'assistance nécessaires aux jeunes et moins jeunes qui en sont atteints, ainsi qu'à leurs familles», nous dira le docteur Yamina Benhadji, la présidente de cette jeune association, rencontrée lors de la «journée portes ouvertes» organisée dans ce sens, à la fin de la semaine qui vient de s'achever. Une manifestation d'information et de sensibilisation qui s'est tenue dans le vaste hall de la bibliothèque municipale, située à la place du 1er Novembre à Médéa, grâce au précieux concours de l'APC de Médéa. Et le docteur Yamina Benhadji d'ajouter: «ces actions d'information et de sensibilisation sur les méfaits de la drogue et des psychotropes seront dorénavant multipliées et se feront de façon régulière, et non plus conjoncturellement, car nous voulons faire prendre profondément conscience au plus large public possible, à commencer par la cellule familiale, de tous les graves dangers encourus par ceux et celles qui en consomment. Aujourd'hui, tout le monde sait que le toxicomane, particulièrement le jeune adolescent, est capable de perturber et déséquilibrer le noyau familial et, de là, toute la société. Il faut que tout le monde sache aujourd'hui, et une bonne fois pour toutes, que le toxicomane est avant tout un malade qu'il faut prendre en charge et soigner».

Cette manifestation «portes ouvertes sur la toxicomanie et ses dangers» s'est caractérisée par un programme très riche qui a été très apprécié et attentivement suivi par les nombreuses personnes, hommes et femmes, filles et garçons, de tous âges, qui se sont déplacées sur les lieux. En effet, alors qu'elle était prévue à 16 h 00, la clôture de cette manifestation, utile à plus d'un titre, avait été repoussée à 20 h 00 devant l'afflux nombreux d'un public qui voulait davantage savoir et comprendre à travers les questions, aussi pertinentes que variées, posées et auxquelles les membres de «l'Association S.O.S. Awham» apportaient les réponses les plus explicatives et les plus convaincantes. En plus des nombreux panneaux exposés portant textes et dessins, et dont la teneur peut être résumée par «la drogue ne rend pas plus intelligent ni plus fort», «la drogue n'aide jamais à obtenir de bons résultats scolaires, ni à obtenir un travail et encore moins à être heureux», «consommer de la drogue, c'est se condamner à une mort atroce», «le seul moyen de parvenir à un monde meilleur, à atteindre ses objectifs, c'est de s'éloigner de la drogue»... Un programme dont le moment fort aura été sans conteste le témoignage poignant, enregistré sur vidéo et présenté au public, du frère aîné d'un jeune consommateur de stupéfiants (drogue et psychotropes). Un témoignage fait sans complaisance et d'une vérité toute crue, qui n'a pas laissé indifférente la nombreuse assistance parmi laquelle l'on avait noté un très grand nombre d'adolescents.
Ce qui fera dire au docteur Yamina Benhadji: «je crois que le fait de voir pleurer, aujourd'hui, certaines personnes, surtout les mères de famille, nous renforce davantage dans notre action et nous ordonne de multiplier nos efforts pour la plus large sensibilisation possible, à travers la meilleure information, apte à amener les citoyens et les citoyennes de la wilaya de Médéa à adhérer aux objectifs de notre jeune association, indépendante et apolitique. Une adhésion à travers une aide, surtout morale, et une présence effective à nos côtés».

Rabah Benaouda
Le Quotidien d'Oran
17 juillet 2007