Erreur
  • Échec du chargement des données du flux

Nouvelles structures hospitalières psychiatriques

Pour pallier les insuffisances, le Programme national de santé mentale, qui nécessite une enveloppe budgétaire de 6,6 milliards de dinars, prévoit d'atteindre d'ici à 2009 les ratios de 1,5 lit pour 10.000 habitants, de 1,55 psychiatre pour 100.000 habitants et 8 infirmiers en soins psychiatriques pour 100.000 habitants. Il est par ailleurs prévu la création de cinq nouvelles structures hospitalières psychiatriques totalisant 440 lits, à travers le territoire national dont Sidi-Bel-Abbès, Mostaganem, Sour El-Ghozlane (Bouira), Batna et Ouargla.
Au volet formation, le programme se fixe comme objectif la formation complémentaire des 400 médecins généralistes des centres intermédiaires de santé mentale pour le traitement des affections mentales les plus fréquentes et la mise en place du CES (certificat d'enseignement spécialisé) de psychiatrie infanto-juvénile pour former 120 médecins. En parallèle, 120 infirmiers en psychiatrie seront formés dans le cadre de ce Programme national de santé mentale. Commentant ces données, le ministre de la Santé a insisté sur l'importance de la mise en application de ce Programme, en soulignant que la santé mentale constitue un "problème qui doit nous préoccuper davantage". Tout en reconnaissant que la prise en charge de cette frange de malades demeure "faible", le ministre a expliqué que la psychiatrie attire très peu de jeunes médecins. Pour remédier à l'insuffisance en la matière, il a indiqué que son département a décidé de favoriser le CES en psychiatrie (et gynécologie) au profit des médecins généralistes.

El Moudjahid
26 août 2006